HERVE-1970-Borne Frontière placée devant l’hôtel de ville

La stèle se trouvait appuyée au mur de la ferme située « Aux Fawes » à l’intersection des routes venant de Bellefontaine , du chemin de Leboule et des routes vers Bolland et vers Saremont, donc à la frontière entre l’ancien ban de Herve (ancienne commune de Battice) et la terre franche de Bolland.

Elle fut scellée vers 1962 à gauche de l’entrée de l’hotel de ville de Herve.

Cette stèle porte les armoiries du seigneur de Herve et du Ban de Herve, Charneux, Thimister, d’Aspremont de Lynden, autorisées par l’empereur Léoplod le 16 mars 1676

L’écu est sommé d’une couronne à cinq fleurons, d’azur à l’aigle d’argent becquetée et membrée d’or, chargée sur son estomac d’un écusson de gueule à la croix d’or

 

En mémoire d’un vieil ami bollandois, j’aimerais apporter quelques précisions sur cette vieille borne et particulièrement sur celle de son déplacement, assez étonnant il faut le dire, vers la commune de Herve.
C’est en 1965 que, sans avertissement ni demande préalable, des ouvriers communaux herviens sont venus enlever la borne de son emplacement d’origine pour la placer devant l’Hôtel de Ville de Herve. Rappelons que cette vieille pierre était placée à la limite des communes de Bolland et de Battice qui, avant le fusion des communes, étaient indépendantes de la commune de Herve. Certains bollandois ont réagi face à cet « enlèvement » mais peu soutenus par les autorités politiques des 2 communes préjudiciées, ils n’ont pu obtenir la restitution de cette borne limitative. L’affaire avait notamment fait l’objet d’ échanges assez engagés via Le Courrier de Herve de l’époque.
Consulté, Monsieur Paul Rensonnet, neutre dans ce litige, éminent correspondant de la Société Royale des Monuments et des Sites, avait rendu un avis pour le retour de cette vieille pierre à son endroit d’origine. Je cite quelques passages de son courrier : « Si un particulier agissait de la sorte, le Procureur du Roi aurait à s’en préoccuper… / … Aucun des arguments avancés ne justifie son déplacement… / … Quoiqu’il en soit, il tombe sous le sens que la borne frontière doit regagner son emplacement à la limite des communes de Battice et de Bolland… »
Le plus triste dans cette histoire, c’est que cette vieille pierre a été brisée il y a un peu plus de 6 ans et que personne ne semble s’être inquiété de son sort sauf votre serviteur. Elle semble avoir disparu… Mon espoir est de la retrouver, de la faire réparer et de la faire replacer là où elle aurait du toujours rester. ( sic. Armand TOSSINGS )

2 réflexions au sujet de « HERVE-1970-Borne Frontière placée devant l’hôtel de ville »

  1. En mémoire d’un vieil ami bollandois, j’aimerais apporter quelques précisions sur cette vieille borne et particulièrement sur celle de son déplacement, assez étonnant il faut le dire, vers la commune de Herve.
    C’est en 1965 que, sans avertissement ni demande préalable, des ouvriers communaux herviens sont venus enlever la borne de son emplacement d’origine pour la placer devant l’Hôtel de Ville de Herve. Rappelons que cette vieille pierre était placée à la limite des communes de Bolland et de Battice qui, avant le fusion des communes, étaient indépendantes de la commune de Herve. Certains bollandois ont réagi face à cet « enlèvement » mais peu soutenus par les autorités politiques des 2 communes préjudiciées, ils n’ont pu obtenir la restitution de cette borne limitative. L’affaire avait notamment fait l’objet d’ échanges assez engagés via Le Courrier de Herve de l’époque.
    Consulté, Monsieur Paul Rensonnet, neutre dans ce litige, éminent correspondant de la Société Royale des Monuments et des Sites, avait rendu un avis pour le retour de cette vieille pierre à son endroit d’origine. Je cite quelques passages de son courrier : « Si un particulier agissait de la sorte, le Procureur du Roi aurait à s’en préoccuper… / … Aucun des arguments avancés ne justifie son déplacement… / … Quoiqu’il en soit, il tombe sous le sens que la borne frontière doit regagner son emplacement à la limite des communes de Battice et de Bolland… »
    Le plus triste dans cette histoire, c’est que cette vieille pierre a été brisée il y a un peu plus de 6 ans et que personne ne semble s’être inquiété de son sort sauf votre serviteur. Elle semble avoir disparu… Mon espoir est de la retrouver, de la faire réparer et de la faire replacer là où elle aurait du toujours rester.

Laisser un commentaire