HERVE – 14-18 – CAJOT Robert – Adjudant Aviateur 14-18 / Chef d’escadron 40-45

Date de naissance : 22/09/1891 à Herve

Ancien élève du Collège Marie-Thérèse

Il fait son service militaire au 12ème et 14ème de Ligne entre 1911 et 1913.

En juillet 1914, il est rappelé. En août 1914, lors des combats autour de Liège, il est blessé et fait prisonnier.

Fin 1914, il s’évade et rejoint les lignes belges.

Le 25 août 1915, il est affecté à 3me Escadrille et est nommé caporal le 23 janvier 1916.

À la fin de ce mois, il est envoyé dans les tranchées comme  guetteur à Lettenbrug. Deux mois plus tard, il a été affecté à 6me Escadrille pour effectuer le même travail.

En juillet, il fut à nouveau hospitalisé et, après avoir été récupéré – étant délibérément privé de sa grade – il fut envoyé à Etampes le 29 avril 1917 pour suivre des cours de pilotage.

Ses capacités de pilote ont été jugées suffisantes le 5 juin, date à laquelle il a reçu son brevet civil, après quoi son billet a suivi le 21 septembre 1917.

Cajot a été affecté à 2me Escadrille le 14 février 1918 et a effectué sa première mission le 16. Il a fait équipe avec le lieutenant Alfred Bricoult et cela s’est avéré être une bonne équipe.

Tous deux sont devenus des experts en matière de tirs pour la section d’artillerie lourde destinée à contrer l’artillerie lourde allemande.

Promotions au 1er Sergent (21 avril 1918, 1er Sergent Major (23 juin) & Adjudant (25 août) suivies comme à l’habitude.

Le 30 juillet, il a mitraillé les tranchées allemandes avec l’escadrille complète.

Le 28 septembre à 12h45, l’artillerie demanda un avion pour les aider à faire du feu sur la gare de Cortemarck. Après deux missions infructueuses, Bricoult et Cajot se sont présentés, sans demander d’escorte d’avions.Mais au-dessus de Cortemarck, ils ont été accueillis par cinq Fokker DVI à 2200m. Le combat tourne court car une balle ennemie atteint le réservoir. Avec un avion en feu, Cajot a fait tout son possible pour que Bricoult puisse utiliser toutes ses munitions, le combat a duré cinq minutes et Bricoult était presque certain d’avoir abattu l’un de ses attaquants, sans pouvoir d’assister à son éventuel crash. L’avion a été abattu par le  Lieutenant zur See Theo Osterkamp (28ème victoire)

Cajot a réussi à faire atterrir son avion à la borne 6 de la route de Bovekerke. Inutile de dire que l’appareil s’est complètement détruit mais que c’est un miracle que les deux hommes soient sortis indemnes (après avoir eu très chaud aux pieds).

Cajot avait effectué au moins 51 missions de guerre. Pour ces faits, il fut fait Chevalier de l’Ordre de la Couronne et Chevalier de l’Ordre de Léopold II. Il a également reçu la Croix de guerre, la médaille de la victoire, Médaille Commémorative 1914-1918 et a obtenu huit Chevrons de Front.

Dans les années trente, il a également reçu la Médaille Commémorative du Centenaire.

 Robert Cajot a été rapatrié en décembre 1918 et est affectué deux ans plus tard dans les réserves. Il est nommé Capitaine de Reserve le 26 décembre 1936, servant avec 2me Regt Aé. Il est en service dans cette unité jusqu’à ce qu’il soit obligé de fuir en France le 15 mai 1940.  Mais le 5 août, il a réussi à atteindre le Royaume-Uni avec quelque 70 hommes, principalement de jeunes pilotes (83ème promotion). Il s’est immédiatement porté volontaire dans la RAF (13 août) et a été envoyé à l’école élémentaire de vol au début du mois de novembre. Il est devenu officier pilote intérimaire plus tard au cours du mois et, en décembre, il a rejoint le capitaine d’aviation. En juin, il est affecté à Uxbridge et devient ensuite chef d’escadron (13 octobre 1942) à l’école franco-belge d’Odiham.  Cajot a reçu d’autres honneurs et récompenses: Officier de l’Ordre de la Couronne et Ordre de Léopold II, Médaille du Volontaire 1940-1945 et Médaille Commémorative 1940-1945. Le 14 décembre 1945, il devint membre de l’OBE pour son zèle en tant que commandant d’escadron. Détaché de la RAF le 12 janvier 1946, il tomba gravement malade et mourut finalement le 6 juin 1947 à Ensival.

(source : Walter Pieters dans son livre : The Belgian Air Service in the First World War)

Laisser un commentaire